VITALIC (DJ SET) + APPLESCAL @LA SIRENE13 mai

La machine OX créée par l’artiste Romain Tardy en collaboration avec The Absolut Company Creation continue sa tournée des clubs de l’hexagone à la recherche de mirettes à émerveiller. Après des passages par l’Ubu de Rennes, le Zig Zag à Paris ou encore les Nuits Sonores, c’est au tour de La Sirène de La Rochelle d’accueillir l’installation lumineuse entre ses quatre murs. A l’affiche ce soir là, le frenchie Vitalic aux côtés de la révélation Applescal. Tous deux ont déjà eu l’occasion de se frotter à l’installation lors d’une date mémorable à L’Envers Club à Nancy et cela semble les avoir comblés, puisque les revoici déjà derrière les platines. 

La machine OX créée par l’artiste Romain Tardy en collaboration avec The Absolut Company Creation continue sa tournée des clubs de l’hexagone à la recherche de mirettes à émerveiller. Après des passages par l’Ubu de Rennes, le Zig Zag à Paris ou encore les Nuits Sonores, c’est au tour de La Sirène de La Rochelle d’accueillir l’installation lumineuse entre ses quatre murs. A l’affiche ce soir là, le frenchie Vitalic aux côtés de la révélation Applescal. Tous deux ont déjà eu l’occasion de se frotter à l’installation lors d’une date mémorable à L’Envers Club à Nancy et cela semble les avoir comblés, puisque les revoici déjà derrière les platines. 

C’est le jeune producteur Applescal, étoile montante de la scène néerlandaise, qui se charge d’ouvrir le bal face à une foule bigarrée composée de jeunes et de moins jeunes, d’hommes et de femmes, guidés par une même envie : découvrir ce qu’il se cache derrière ces deux lettres mystérieuses OX. Le détour ne sera, à coup sûr, regretté par aucun d’entre eux tant le set qu’Applescal délivre est calibré : deux heures d’une techno sombre et froide à la berlinoise, en parfaite osmose avec l’exaltation visuelle et lumineuse de la machine sensible à la musique. Tout bonnement hypnotisant. 

Au tour de Vitalic de récupérer l’enfant, après une standing ovation saluant l’un et accueillant l’autre. La fosse se remplit un peu plus encore tandis que le magnat de l’électronique à la française entame un set hétéroclite et corsé. Les bras se lèvent, les corps s’agitent et se décomposent à la lumière des stroboscopes, réagissant à la musique au moins aussi bien que la machine. Sautant d’une techno industrielle à un remix du tubesque « Funky Town » de Lipps Inc., Vitalic étonne, encore et toujours. Avec un remix de « In My Veins » de Louisahhh!!!, Pascal Arbez­ Nicolas de son vrai nom finit d’envoyer son auditoire dans une dimension parallèle faite de formes géométriques et de motifs séquentiels. 

Enfin, le producteur met un point d’honneur à terminer son set avec son propre remix de l’entêtant « Sabali » d’Amadou et Mariam en guise de rappel et les couleurs de la machine virent comme par magie au rouge et au rose, à l’image des couleurs chatoyantes des boubous des deux chanteurs maliens. Le tour de force de Vitalic terminé, il est déjà l’heure de partir; des images plein la tête et l’esprit à fleur de peau, on reprendrait volontiers quelques décibels dans les oreilles et des combinaisons lumineuses dans les yeux, encore un instant.

Auteur : Manon Chollot


ok